François Kerestedjian, L’Affaire Codréanis

19.90

(English) Ce roman à tiroirs finement ficelé est inspiré d’une affaire retentissante des années 1970, celle de Christian Ranucci –  l’un des derniers condamnés à mort en France. François Kerestedjian utilise les parts d’ombre de l’enquête pour les développer, les entrelacer et, ainsi, aboutir à une œuvre de fiction au fond historique captivant, pour emporter le lecteur dans une action tourbillonnante,  jusqu’à son dénouement inattendu.

Dans la salle d’attente de l’une des plus grandes maisons d’édition parisiennes, un homme attend son tour. Entre ses mains, un manuscrit. Ce n’est ni un virtuose de la plume, ni le nouveau Proust ou bien même le nouveau Guillaume Musso. Pourtant, il sait que son manuscrit ne terminera pas sur la pile des rejetés. Entre ses doigts, ce n’est pas un chef-d’œuvre de la littérature française qu’il tient, mais une véritable bombe.

Monsieur Ker n’est pas écrivain, mais notaire. Tout a basculé le jour où il s’est trouvé en charge d’un dossier de succession un peu particulier, celui du gendarme aixois Serge Avedi. En suivant le fil des différents éléments légués par ce dernier à son fils, Ker remonte le temps jusqu’aux années 1970 et à l’affaire Codréanis, se trouvant ainsi embarqué dans une dangereuse quête de vérité.

Entre manipulations, mensonges et dissimulation des preuves, qui est le véritable témoin de l’histoire, qui ment, qui savait et n’a rien dit, qui a vu et peut dire ce qui s’est réellement passé ?

François Kerestedjian, notaire de profession, est passionné de littérature et d’histoire. Prenant pour base un fait divers réel, il s’est vivement intéressé à l’affaire Ranucci pour créer ce premier roman très prometteur, signe d’un talent indiscutable pour les récits d’investigation.

Catégorie :

Description

Ce roman à tiroirs finement ficelé est inspiré d’une affaire retentissante des années 1970, celle de Christian Ranucci –  l’un des derniers condamnés à mort en France. François Kerestedjian utilise les parts d’ombre de l’enquête pour les développer, les entrelacer et, ainsi, aboutir à une œuvre de fiction au fond historique captivant, pour emporter le lecteur dans une action tourbillonnante,  jusqu’à son dénouement inattendu.

 

 

Dans la salle d’attente de l’une des plus grandes maisons d’édition parisiennes, un homme attend son tour. Entre ses mains, un manuscrit. Ce n’est ni un virtuose de la plume, ni le nouveau Proust ou bien même le nouveau Guillaume Musso. Pourtant, il sait que son manuscrit ne terminera pas sur la pile des rejetés. Entre ses doigts, ce n’est pas un chef-d’œuvre de la littérature française qu’il tient, mais une véritable bombe.

 

Monsieur Ker n’est pas écrivain, mais notaire. Tout a basculé le jour où il s’est trouvé en charge d’un dossier de succession un peu particulier, celui du gendarme aixois Serge Avedi. En suivant le fil des différents éléments légués par ce dernier à son fils, Ker remonte le temps jusqu’aux années 1970 et à l’affaire Codréanis, se trouvant ainsi embarqué dans une dangereuse quête de vérité.

 

Entre manipulations, mensonges et dissimulation des preuves, qui est le véritable témoin de l’histoire, qui ment, qui savait et n’a rien dit, qui a vu et peut dire ce qui s’est réellement passé ?

 

 

François Kerestedjian, notaire de profession, est passionné de littérature et d’histoire. Prenant pour base un fait divers réel, il s’est vivement intéressé à l’affaire Ranucci pour créer ce premier roman très prometteur, signe d’un talent indiscutable pour les récits d’investigation.

Find Us on FB